L'Arche de Noé des âmes perdues et des sans forum fixe. Ici on parle d'actualités, on débat sur des sujets divers, on raconte nos anecdotes, on fait part de nos petites réflexions entre amis...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Gros coup de cafard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Metronomia
Admin
avatar

Messages : 847
Date d'inscription : 17/04/2012
Age : 35

MessageSujet: Gros coup de cafard   Lun 7 Avr 2014 - 15:03

Je suis désolée car le message qui va suivre est parfaitement impudique, mais j'ai besoin de vider mon sac et de vous parler.

Ça ne va pas fort ici, et j'ai peu de gens à qui me confier.

Je vais essayer de ne pas faire trop long et de résumer...

Je suis en vacances chez mes parents et j'étais ravie de cette coupure dont j'avais grandement besoin...
Jusqu'ici, tout va bien.
Je devais profiter de mon séjour loin de Paris pour, comme à l'habitude, voir mon meilleur ami. Enfin, celui que je croyais être mon meilleur ami. Sauf que depuis quelques mois, notre relation amicale flanche franchement.

Je vous en avais parlé à Noël dernier: il avait eu une attitude assez horrible lorsque nous avions fait un repas ensemble et que je lui avais offert son cadeau. Depuis, il me restait comme un goût amer dans la gorge, mais j'ai tenté de passer outre (il faut préciser que ce goût amer est aussi lié à plus de 10 ans d'amitié faite de (grands) hauts et de (grands) bas: l'anecdote seule ne suffit pas à tout expliquer, mais il serait trop long de tout vous raconter ici).

Bref, je ruminais un peu, mais j'avais décidé de garder ça pour moi.
Sauf qu'en janvier, ce même ami a osé m'envoyer un sms pour me dire qu'il avait trouvé un "cadeau parfait" et me demandais si j'étais d'accord pour lui faire un virement (pour compenser le fait que je m'étais manifestement planté sur mon choix de cadeau à Noël)... Je ne sais pas si vous voyez le genre...  boudeur 
Pour être transparente, je dois toutefois préciser que, le soir de Noël, tellement mal à l'aise devant son refus d'accepter mon cadeau et ne sachant pas comment réagir (il y avait d'autres gens et je ne voulais pas mettre la mauvaise ambiance), je lui avais dit qu'il n'aurait qu'à choisir autre chose à la place et que moi, je garderais le sac... Il s'est donc engouffré dans la brèche que j'avais moi-même ouverte, toute seule comme une grande... Sauf que je ne pensais vraiment pas qu'il oserait, en fait... Je ne roule pas sur l'or, il le sait parfaitement, et je ne pensais pas qu'il aurait le culot de réclamer autre chose un mois plus tard... Mais je ne peux nier que j'ai, de fait, une bonne part de responsabilité dans le truc...
J'ai donc fait le virement demandé sur son compte... Mais à contrecœur, je vous l'avoue.

Et depuis, la rancœur n'a cessé de grandir de mon côté. Depuis ça, je l'appelais beaucoup moins (et réciproquement, d'ailleurs). Les quelques fois où nous nous sommes appelés, ça ne s'est pas forcément bien passé. J'étais très vite désagréable ou exaspérée et je n'ai pas forcément été tendre. J'aurais certainement du lui dire plus tôt ce qui clochait mais, par expérience, je sais parfaitement que ça aurait été comme "pisser dans un violon". Il s'en fout, il a toujours raison, ne voit jamais le problème. Donc j'ai laissé pourrir... Jusqu'à jeudi dernier. Il savait que je venais à Nantes et, après une nouvelle altercation au téléphone, j'ai fini par lui balancer tout ce qui m'avait blessé et les raisons pour lesquelles je ruminais (je vous l'ai faite courte, mais il y avait encore d'autres petites choses). A mon grand étonnement, il a plutôt bien réagit. Pour une fois, je n'ai pas eu droit au "Je ne comprends pas ce que tu veux dire" ou au "Je ne vois pas où est le problème". Ça m'a donc calmée d'emblée et on a pu discuter tranquillement. On a même raccroché sur des rires et la promesse que l'on se verrait le dimanche après-midi qui suivait.

J'étais contente et soulagée.

Sauf que le jour J., tout à dégénéré. (Je suis désolée, je sens que ça va finir en gros pavé, je vais donc couper mon récit en deux et poursuivre dans un autre post, pour celles et ceux qui voudraient faire une pause.  giggle )
Revenir en haut Aller en bas
http://heytease.wordpress.com/
l'Idéaliste
Admin
avatar

Messages : 701
Date d'inscription : 23/11/2013

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Lun 7 Avr 2014 - 15:18

J'attend la suite Metro mais avant tout, quelques mises au points.

1- Cesse de penser que de faire des pavé est mal. C'est faux. Certains pavé sont nécessaire c'est tout.

2- Nous somment tous là pour te supporter et t'aider dans la mesure de notre possible. Ne sois pas gêné et ne te sent pas mal.

3- Nous nous considérons comme tes amis et les amis, c'est là pour ça.  Wink 

_________________
Quelqu'un demande au Maître s'il croit à la chance. «Certainement, répond ce dernier avec un clin d'oeil, sinon, comment expliquer le succès des gens qu'on n'aime  pas?»
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vitrolumino.com/
Metronomia
Admin
avatar

Messages : 847
Date d'inscription : 17/04/2012
Age : 35

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Lun 7 Avr 2014 - 15:33

Nous devions donc nous voir dimanche, dans le courant de l'après-midi. Sauf que je n'avais pas pensé que c'était le Carnaval dans le centre ce jour-là et que ça allait être très compliqué pour me déplacer en ville en voiture. Je tenais toutefois vraiment à le voir, d'autant que c'était son anniversaire il y a quelques jours et que j'avais prévu un petit truc.
J'essaie donc de l'appeler une première fois vers 13h. Pas de réponse. J'attends donc 14h30 et le rappelle.

Manifestement, je le réveillais (j'étais pour le moins étonnée, vu l'heure. Ça ne lui ressemble pas, mais bon...). Il m'explique rapidement qu'il s'est couché très tard mais je le sens d'ores et déjà passablement irrité d'avoir été sorti de son sommeil. Je n'en fais pas cas et lui explique ce qui m'amène. (Je vais essayer d'abréger donc je vous saute les détails). En gros, je lui explique que, si ça l'arrange on peut conserver le rdv initialement fixé mais que, dans ce cas, je ne viendrai pas en voiture et, donc, que je rentrerai tôt (car pas de transports en commun a proximité immédiate du domicile de mes parents - il me faut donc anticiper). Je lui dis aussi qu'il y a une autre solution: s'il est d'accord, je peux plutôt venir en fin d'après-midi/début de soirée, à l'heure où le carnaval sera terminé, et que, comme ça, ça règle les problèmes puisque je peux dès lors venir en voiture.

Et là, c'est le drame: j'ai des réponses de sa part fuyantes et hallucinantes: ça a commencé par "Je ne vois pas de quoi tu parles, il n'y a pas de carnaval, je l'aurais entendu de ma fenêtre" (je vous jure qu'il y avait bien carnaval ce jour là sauf qu'il commençait une demie heure plus tard. Normal, donc, qu'il n'entende rien). Un peu estomaquée, je lui affirme que si et que ça va être un problème pour me déplacer. Là encore j'ai droit à une réponse sidérante: "Je ne vois pas en quoi c'est problématique?" Moi: "Euh, bah pour circuler puis me garer, quoi... C'est Carnaval donc le centre ville est bouclé..." Et lui d'enchainer "J'en sais rien moi. Je vois toujours pas où est le problème." Là, je perds mes moyens et sors de mes gonds. Je lui redis, exaspérée, que je ne lui demande pas d'avoir un avis sur le fait que c'est compliqué ou non de venir en voiture, puisque c'est UN FAIT. Je lui réexplique qu'il lui suffit de me dire à quelle heure il préfère qu'on se voit pour que je m'arrange en conséquence. Et là, il me balance "Écoute, je me pose pas toutes ces questions, moi. Ça a l'air trop compliqué ton truc, là. Et tu me donnes l'impression d'avoir envie d'annuler avec tes scénarios compliqués, là. Alors, on annule, hein, c'est pas compliqué!"... Le pire: je me suis fais reprocher à mots couverts de l'avoir réveillé... à 14h30... Oui, oui. Bref, je m'arrête là, je ne vais pas vous refaire toute la conversation mais à ce moment-là, je suis partie complètement en vrille. Je l'ai même insulté...  Embarassed (j'ai très honte de vous le dire et ne suis pas fière de moi, mais je raconte les choses telles quelles).

Ce qui m'a mise hors de moi, c'est ce mode opératoire que je ne connais que trop bien avec lui et que je trouve très malsain (je ne suis malheureusement pas la seule personne de son entourage à m'en plaindre). Pour résumer, il est parfois un peu pervers (pas au sens sexuel du terme, hein!). Quand quelque chose ne l'arrange pas, il devient évasif, fait des réponses floues. Son interlocuteur (ici, en l’occurrence, moi) ne comprend pas/plus et ne sait alors plus très bien comment réagir. On a beau essayer d'expliquer et réexpliquer, les mêmes réponses vides de sens sortent de sa bouche, jusqu'au moment où on perd pied et où il retourne complètement la situation: c'est l'autre qui est responsable, qui lui prend la tête avec des conneries. Dans ce cas précis, en gros, il me disait que si j'avais envie d'annuler, il fallait  tout simplement le dire au lieu de lui prendre la tête. (Je vous assure que c'est surréaliste: je me faisais une joie d'aller le voir et mes parents pourraient en témoigner: son cadeau était prêt, emballé, et moi, prête à partir s'il me disait qu'il préférait qu'on se voit dans l'après-midi). Par ailleurs mes questions et mon discours étaient - je vous le jure - on ne peut plus clairs. En gros c'était: "J'ai un problème de transport qui peut potentiellement se régler si on décale l'heure initialement prévue de notre entrevue, mais comme je ne veux rien imposer, je te présente toutes les solutions, et tu me dis ce qui t'arrange le mieux".

Bref, dépitée, ulcérée, et hors de moi (je me suis transformée en vraie hystérique  Embarassed ), je lui ai dit que je ne voulais plus jamais le voir. Et je le pense toujours plus de 24 heures après. Je ne veux plus jamais entendre parler de lui et c'est parfaitement réciproque.

Mais j'accuse quand même gravement le coup. Je n'avais que lui et ma meilleure amie. Je n'ai désormais "plus que" ma meilleure amie. J'étais déjà quelqu'un de très seul, et ça ne va manifestement pas en s'arrangeant. Du coup, j'ai un gros coup de blues. Coup de blues d'avoir perdu un ami et coup de blues à cause de cette solitude qui va grandissant avec les années...

Voilà vous savez tout.

Je vous embrasse les amis et vous remercie 1000 fois de m'avoir lue. Ça me fait du bien de vous parler.
Revenir en haut Aller en bas
http://heytease.wordpress.com/
Nili

avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 21/11/2013
Age : 44

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Mar 8 Avr 2014 - 6:37

Excuse moi de te répondre maintenant seulement alors que visiblement tu ne vas pas bien et que tu aurais sans doute eu besoin de nous hier soir... Mais je bossais et je viens seulement de voir ton message.  Wink 

Ça me touche beaucoup tout ça. Je t'ai déjà parlé de cette relation d'amitié à laquelle j'ai mis fin du jour au lendemain. Cet ami n'était pas comme le tien, pas complètement. Mais un peu quand même...
Ce que je retiens surtout dans ton message, c'est la fin: tu te sens seule et c'est ça qui te fait mal dans cette rupture.
J'ai très envie de te dire qu'il vaut mieux être seule que mal accompagné  giggle  C'est con comme réponse hein? Ca fait très "mamie sort ses proverbes". Mais je le pense vraiment.
Je le pense d'autant plus que c'est accompagnée par ce genre de personnes que tu te coupes d'autres relations.
Si ta décision est ferme (et je te le conseille vivement) tu vas sans doute passer quelques semaines à ruminer, à être triste. Une rupture amicale, ça fait aussi mal qu'une rupture amoureuse quand l'amitié était forte. Et je t'assure que j'ai eu mal de rompre les liens avec cet ami. Oui mais depuis, je me sens mieux. Il ne me pollue plus la vie!
Et comme par hasard, je me suis également fait de nouveaux amis. Enfin copains seraient le terme exact car ce n'est évidemment pas aussi fort: ce sont des gens que j'aime bien mais il ne me viendrait pas à l'idée de me confier à eux par exemple. Mais ce sont des relations "normales": des discussions, des sorties, des rires... et tout ça sans prise de tête.

Je te fais des gros bisous! Et j'espère que tu vas prendre conscience (j'avais écrit confiance, joli lapsus Wink ) que tu es quelqu'un d'intéressant, de drôle, d'intelligent... et que tu mérites autre chose comme ami.
Revenir en haut Aller en bas
http://titelo.unblog.fr/
Metronomia
Admin
avatar

Messages : 847
Date d'inscription : 17/04/2012
Age : 35

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Mar 8 Avr 2014 - 9:43

Merci beaucoup de ta réponse Nilitte.

Je souscris entièrement à tout ce que tu as écrit. Et clairement, je ne reviendrai pas sur ma décision (et lui non plus, car c'est bel et bien réciproque). Ce n'est pas la première fois que je coupe les ponts avec lui mais jusqu'alors, il a toujours fini par me recontacter au bout de quelques mois. Cette fois-ci, je pense que ce sera différent. Mais clairement, je suis venue à bout de cette amitié qui ne me satisfait pas/plus et il est temps de tourner la page. C'est douloureux et il me faudra du temps pour le digérer, mais c'est un fait.

Ce qui m'inquiète beaucoup, et tu l'as parfaitement saisi, c'est la solitude. Je ne suis pas sûre du tout que je me ferai plus d'amis dans les mois à venir. J'ai un tempérament particulier (je t'en ai déjà parlé^^) et je suis très facilement angoissée par les rapports humains, ce qui fait que je les fuis bien plus que je ne les cherche (d'où certainement, mon goût pour les discussions sur internet, car je les trouve moins stressantes). Pourtant, je pense être quelqu'un d'agréable dans mes rapports en société: c'est juste que ça me demande des efforts considérables, car au fond de moi, je suis stressée et en panique.

Et puis à Paris, je n'ai pas d'amis. Excepté ma meilleure amie, mais elle a déménagé assez loin depuis quelques mois, ce qui fait que l'on se voit régulièrement, mais bien moins que lorsqu'on était voisines. Et je n'ai pas de passion particulière qui me pousse à entreprendre une activité (sport, théâtre, musique, que sais-je encore). Du coup, je sors (vraiment très) peu et ne vois pas vraiment comment ça pourrait changer.
Revenir en haut Aller en bas
http://heytease.wordpress.com/
Nili

avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 21/11/2013
Age : 44

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Mar 8 Avr 2014 - 9:56

C'est facile comme réponse si je te dis "sors toi les doigts du cul et sors!!"  Laughing  Ouais c'est facile surtout quand on est comme toi assez stressée par les rapports humains.
Pourtant une activité en dehors du boulot serait la solution, tu ne crois pas?
Revenir en haut Aller en bas
http://titelo.unblog.fr/
Saturnin

avatar

Messages : 271
Date d'inscription : 13/01/2014
Age : 49

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Mar 8 Avr 2014 - 16:32

J'ai comme l'impression que votre amitié était à sens unique. Je pense que tu n'as pas besoin d'un tel ami dans ta vie qui te bouffe ton énergie. Ce n'était pas sain du tout. C'est un peu difficile, mais je pense que tu as bien fait.
Revenir en haut Aller en bas
Veganne

avatar

Messages : 830
Date d'inscription : 25/11/2013
Age : 61

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Mer 9 Avr 2014 - 7:17

Ma Douce Metrotte,

D'abord je plussoie entièrement le post de mon frangin là-haut.

Ensuite : de même qu'il y a des 'parents toxiques', je pense qu'il peut y avoir des amis toxiques. Des amitiés qui peuvent être très fortes, très harmonieuses, et pour des raisons diverses, y compris l'évolution normale de l'âme humaine, peuvent dégénérer en une relation qui n'a plus lieu d'être pour le confort de l'un, de l'autre ou des deux.
(et oui, je parle aussi par expérience personnelle)

Cet ami-là a fini par t'empoisonner la vie. Au passage, il a l'air très doué pour culpabiliser autrui, et vu ton manque de confiance en toi, pas bon du tout. Je pense sincèrement que tu es mieux sans lui.

Pour ce qui est de la solitude... Ma doudounette, ça ne dépend que de toi. Je ne dirai pas comme Nilitte qu'il faut te sortir les doigts du cul  giggle - ce n'est pas si simple ! Mais c'est à toi de voir. Sans aller jusqu'à te mettre en chasse dans tout Paris (ce qui est probablement le meilleur moyen de ne pas trouver), ne refuse pas les occasions de nouvelles rencontres, et/ou de te rapprocher de gens que tu connais déjà - ne te ferme pas. Une vraie amitié peut prendre du temps pour s'établir - sois patiente.

Et aussi, par ailleurs, garde à l'esprit que savoir être seule est une grande force et apporte une grande richesse à une personnalité. Oui, ça aussi c'est de l'expérience vécue !

Je te souhaite bon courage et te fais des gros ziboux  Love 
Revenir en haut Aller en bas
Metronomia
Admin
avatar

Messages : 847
Date d'inscription : 17/04/2012
Age : 35

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Mer 9 Avr 2014 - 16:22

Merci à tous pour vos messages.

Ça me fait du bien de vous lire!

Veggy a écrit:
Et aussi, par ailleurs, garde à l'esprit que savoir être seule est une grande force et apporte une grande richesse à une personnalité. Oui, ça aussi c'est de l'expérience vécue !

Je suis tout à fait d'accord avec toi, Veggy. Je le vis et le ressens comme ça depuis quelques années déjà. Mais du coup, je me demande si je ne suis pas tombée dans l'excès. J'ai 32 ans et une vie quasi "religieuse".  

Dans l'absolu, ça ne me pèse pas tant que ça. C'est juste que, quand j'y réfléchis, je me dis que je me suis volontairement isolée ces dernières années, et j'ai peur que ce soit difficile de faire des rencontres (au sens large) à l'avenir dans ce contexte (= que ce soit difficile de revenir en arrière si demain j'en éprouve l'envie et le besoin).

En gros: j'ai peur que cette solitude ne dure toujours alors qu'au fond, j'aimerais être entourée, quitte à l'être peu, mais bien. Et puis se couper des autres comme j'ai eu tendance à le faire, c'est aussi se couper d'une rencontre sentimentale possible. Et ça aussi, ça me pèse. J'ai peur de finir seule, et si je reste sur cette dynamique, il y a des chances sérieuses que ça se produise.
Revenir en haut Aller en bas
http://heytease.wordpress.com/
Ar Soner

avatar

Messages : 166
Date d'inscription : 29/11/2013

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Mer 9 Avr 2014 - 22:35

Je partage tout ce qui a été dit ci-dessus à propos des personnes toxiques. On est supposé choisir ses amis (à l'inverse de sa famille)... aussi quand une relation devient insatisfaisante et que les efforts se font à sens unique, il faut savoir prendre la décision qui s'impose, même si ce n'est pas la plus facile et que le deuil est un peu douloureux...

Je pense que de ce point de vue, tu as fait le bon choix Metronomia.  Wink 


Tes propos sur la solitude et la difficulté à nouer des liens me touchent, car je suis à peu près dans la même situation que toi. J'ai d'ailleurs l'impression que c'est un problème qui touche beaucoup de gens de notre génération - plus que les gens des générations précédentes, même si je ne saurais le démontrer ni en expliquer l'origine.

Comme toi, mon quotidien est solitaire. J'ai déménagé souvent, aussi mes amis (une poignée) habitent tous trop loin pour que je puisse les voir régulièrement. Mes relations avec mes collègues sont bonnes, mais elles n'arrivent pas à dépasser le cadre professionnel : célibataire sans enfant, je suis clairement en décalage et ne vis pas dans le même monde qu'eux. Du coup, lorsque je rentre chez moi le soir ou que je suis en week-end, je me retrouve tout seul.
A côté de ça, je ne vis pas comme une personne recluse : je fais beaucoup de sport, de musique, je m'organise régulièrement des virées en pleine nature ou des sorties ciné... mais il est vrai que je fais toutes ces activités en solo.

Cette solitude ne me pèse pas non plus. Je m'y suis fait. J'ai toujours été quelqu'un de solitaire et je ne ressens pas forcément le besoin de tisser des liens ; pas que je sois quelqu'un d'associable au fond de moi... seulement, les relations humaines tendent à me vider de mon énergie et je trouve les êtres humains souvent sans intérêts ou trop décevants (constat qui me fait me sentir encore plus mal que celui de ma solitude). Du coup, par pragmatisme et pour m'économiser, je ne cours pas après le contact.
J'ai découvert assez tardivement (c'est la fille avec laquelle j'étais en couple à ce moment-là qui a mis le doigt dessus) que j'avais une forme de personnalité dite [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Certains psys considèrent cela comme un trouble mental, opinion que je ne partage pas, mais je ne suis peut-être pas très objectif...

Bref, comme toi, je me suis interrogé et m'interroge encore sur cet isolement que je tend à construire autour de moi et me demande si je ne finirai pas un jour par m'en mordre les doigts...

Ce qui me sauve (si je puis dire), ce sont mes passions qui me conduisent naturellement à rencontrer d'autres gens partageant les mêmes centres intérêts que moi. J'ai ainsi rencontré IRL quelques personnes par le biais de PFRN ou de l'Encyclopédie, et certaines d'entre elles sont devenues de véritables amies. Ces 2 dernières années, c'est un autre hobby qui me grignote une grande partie de mon temps libre et qui me pousse à sociabiliser... Mais je vais pas dire ce dont il s'agit, car beaucoup de choses s'y rapportant se passent sur Internet et je serais très facile à retrouver par ce moyen.  razz 

Metrotte, si ta solitude devient trop lourde, je ne saurais trop te conseiller de te trouver un hobby de ce genre, qui te fera rencontrer de nouvelles têtes. Par contre et ça me semble important : ça doit être quelque chose qui t'intéresse vraiment, un truc que tu ferais spontanément toute seule pour te faire plaisir... et donc pas juste un prétexte creux pour te forcer à discuter avec des inconnus.
Se "sortir les doigts du cul" (sic), s'obliger à bouger dans le seul but de croiser du monde - et de se faire de futurs amis comme on l'espère, ce n'est pas facile du tout. Personnellement, je n'y ai jamais réussi. Mais en "trichant" et en mettant à profit une passion qu'on a, ça devient nettement plus faisable - voire ça se fait spontanément sans forcer la main au destin...
Revenir en haut Aller en bas
Nili

avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 21/11/2013
Age : 44

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Jeu 10 Avr 2014 - 6:24

Heu...
Pour mon expression vulgaire et volontairement violente de "se sortir les doigts du cul", je crois que je me suis assez confiée à Métro (en mp on boit du café virtuel et on se confie quelques trucs de gonzesses  giggle  ) pour qu'elle comprenne que c'était juste un peu d'humour et une allusion à ce qu'elle connait de ma personnalité.
Mais j'avoue que vous avez pu être choqués par ça... mea culpa.

Mon propos n'était évidemment pas de lui dire "va prendre des cours de zumba! Tu vas rencontrer un beau prof de danse, te marier et avoir beaucoup d'enfants". Et bien sur qu'il est important qu'elle choisisse une activité qui ait l'avantage premier de la passionner plutôt que celui de pouvoir rencontrer du monde.
D'ailleurs je crois m'être assez confié pour que vous sachiez que mon but premier dans la vie, c'est pas vraiment ma vie sentimentale.  langue  Donc la solitude sentimentale, je ne la vois pas comme une horrible chose! La solitude amicale par contre... Métro est franche là dessus: ça lui pèse beaucoup. Et quand quelque chose nous pèse, ben je pense qu'il ne faut pas attendre que le hasard change les choses. Faut se sortir les agir et éliminer ce qui nous fait mal.

Et là je vais parler comme une vieille conne chouette: la vie c'est ce qu'on en fait. Y'a les "pas de bol" , "les tasses de café renversées"... mais le plus gros, c'est ce que vous déciderez. J'ai mis 20 ans à le comprendre. Et Métro le sait Wink Pour ça que je crois pouvoir la remuer gentiment avec mes propos lourdauds.
Revenir en haut Aller en bas
http://titelo.unblog.fr/
Metronomia
Admin
avatar

Messages : 847
Date d'inscription : 17/04/2012
Age : 35

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Jeu 10 Avr 2014 - 20:04

Ne t'inquiète pas Nili, j'ai très bien compris ce que tu voulais dire et tu as raison: il faudra que je me secoue. C'est justement là où le bât blesse: je me suis enfermée dans un cocon protecteur bien pratique et bien commode pour fuir mes angoisses, et j'ai peur de passer à côté de ma vie à terme. Mais changer de vieilles habitudes et de vieux réflexes est difficile (et même douloureux, parfois).

Ar Soner, je te plussoie complètement sur le loisir ou la passion qui pourrai(en)t m'aider à me sortir de cet engrenage. J'aime beaucoup le choix de ton expression : "sans forcer le destin". Car c'est exactement ce que je voudrais: que les choses bougent sans avoir à me faire violence (ou du moins, pas trop) et sans avoir l'impression de bouleverser vraiment les choses. En un mot, je voudrais que tout cela se fasse le plus doucement et le plus naturellement possible.

Reste à trouver le loisir ou la passion en question et, me connaissant, ça ne va pas être simple... Après 32 ans sans réelle motivation pour une activité quelle qu'elle soit, ça ne va pas être facile de trouver un hobby du jour au lendemain.

Sinon, je me suis reconnue à pas mal d'égards dans ton message, j'aurais parfois pu écrire les mêmes trucs à peu de choses près.

Concernant ton histoire de schizoïdie, je ne connaissais pas ce terme. Personnellement, j'avoue que ça me hérisse toujours un peu le poil quand la psychologie ou la psychiatrie essaient à tout prix de mettre des étiquettes sur des comportements probablement un peu hors normes, mais que je ne trouve pas vraiment pathologiques (sauf si ça te gâche la vie ou que ça gâche celle de ton entourage: mais si ce n'est pas le cas, je ne vois pas en quoi il faudrait y voir un "trouble de la personnalité"(*). Et si c'était ton tempérament, tout simplement? Je veux dire, tu ne tues pas des grands-mères, quoi...) Tout dépend donc de ta façon de vivre le truc et tout dépend à quel point tu penses que ça impacte (ou non) sur ton rapport aux autres.

J'ai regardé la liste des symptômes shizoïdes, et je n'y vois pas vraiment de choses graves ou handicapantes. A part peut-être la froideur qui peut passer pour de l'indifférence? Peut-être que pour ton entourage, ça peut être un peu perturbant parfois? Mais est-ce qu'on ne peut pas ici juste parler de pudeur? Et est-ce vraiment grave? Tout dépend de ce que ça génère dans ton rapport aux autres, encore une fois.

(*): Ah bah ça tombe bien, je viens de lire sur wiki qu' "Il est à noter que dans sa cinquième édition actuellement en cours de rédaction, le DSM ne liste plus de personnalité schizoïde parmi les troubles de la personnalité".

Concernant ceci:

Le Grand Sage a écrit:
Ces 2 dernières années, c'est un autre hobby qui me grignote une grande partie de mon temps libre et qui me pousse à sociabiliser... Mais je vais pas dire ce dont il s'agit, car beaucoup de choses s'y rapportant se passent sur Internet et je serais très facile à retrouver par ce moyen.

Tu aiguises ma curiosité à mort! ^^ On n'a même pas droit à un petit indice?

Spoiler:
 

 Mister Green
Revenir en haut Aller en bas
http://heytease.wordpress.com/
Veganne

avatar

Messages : 830
Date d'inscription : 25/11/2013
Age : 61

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Ven 11 Avr 2014 - 12:03

Je me vois dans la pénible (dans le cadre d'un forum de discussion) obligation de plussoyer à tour de bras tout le monde.... avec quelques nuances ici ou là, cependant.

Metrotte a écrit:
Ne t'inquiète pas Nili
Là, je plussoie sans réserves. l'expression est peut-être vulgaire et - heu - disons, un peu radicale  Wink , mais elle dit bien ce qu'elle veut dire, et apparemment elle alimente bien le débat !  giggle 

Citation :
J'aime beaucoup le choix de ton expression : "sans forcer le destin". Car c'est exactement ce que je voudrais: que les choses bougent sans avoir à me faire violence (ou du moins, pas trop) et sans avoir l'impression de bouleverser vraiment les choses. En un mot, je voudrais que tout cela se fasse le plus doucement et le plus naturellement possible.
Honnêtement, je pense que c'est possible. C'est pourquoi je te conseillais d'être patiente...! Il va falloir doser entre solitude et compagnie, protection et besoin des autres, hobby et pas de hobby, etc.  .... et doser prend plus de temps que de tout verser d'un seul coup.

Citation :
Concernant ton histoire de schizoïdie, je ne connaissais pas ce terme. Personnellement, j'avoue que ça me hérisse toujours un peu le poil quand la psychologie ou la psychiatrie essaient à tout prix de mettre des étiquettes sur des comportements probablement un peu hors normes, mais que je ne trouve pas vraiment pathologiques (...)
J'ai regardé la liste des symptômes shizoïdes, et je n'y vois pas vraiment de choses graves ou handicapantes. A part peut-être la froideur qui peut passer pour de l'indifférence?
Là, je plussoie des deux mains, des deux pieds et de divers autres appendices selon disponibilité. Hé, les toubibs, ça vous dérange qu'on soit célibataires et sans enfants ? Ben allez voir les stats des divorces et de la violence domestique, consultez les griefs du mouvement féministe, et ensuite revenez me dire qui sont les plus fous !
Je préfère de très loin les gens un peu froids de prime abord, plutôt que ceux qui vous tombent dans les bras et professent une amitié éternelle et indéfectible dès la première rencontre - quitte à vous poignarder dans le dos deux jours plus tard.
A ce compte-là, en exemple, la grande majorité des Alsaciens sont schizoïdes !
Non mais. J't'en foutrais, moi, des troubles de la personnalité. Occupez-vous de vos fesses.
D'abord. Crétins.
Pardon.
 Embarassed 

Citation :
Tu aiguises ma curiosité à mort! ^^ On n'a même pas droit à un petit indice?
Je plussoie sans réserve, et je relance de :
Spoiler:
 
(Hé... Psst.... Metrotte... Je pense à la généalogie... Tu crois que ça pourrait être ça ?)
(remarque, ya aussi le paranormal...  mdr )


Citation :
Y'a les "pas de bol" , "les tasses de café renversées"... mais le plus gros, c'est ce que vous déciderez.
C'est quoi, les tasses de café renversées, Nilitte ? J'ai beau me triturer les méninges  scratch  dubitatif  disgusted , je ne vois pas !  Laughing 

De manière surprenante  mdr , c'est aux dires d'Ar Soner que j'ai à apporter quelques nuances.
Je suis comme toi... sauf que ce n'est pas un problème. Du tout. Ce n'est plus un problème depuis longtemps... au moins dix ans. J'ai très peu d'amis, et quand l'occasion se présente de m'en faire, je fuis. Je suis tout à fait célibataire depuis 14 ans - à vrai dire, l'anniversaire exact doit être aux environs d'aujourd'hui ! Je m'en félicite au moins une fois par jour, genre : 'Quel bonheur, et pourvou qué ça dourre !!'.
Il fut un temps où je souffrais d'être toujours et partout la cinquième roue du carrosse, le vilain petit canard, le mouton noir, Celle Qui Fait Rien Pareil Que Les Autres. Plus maintenant.
Je ne suis jamais aussi heureuse que, par exemple, un dimanche où je ne reçois ni ne dois passer aucun coup de fil. Quant aux visites, elles arrivent à la fréquence impressionnante d'une fois tous les trois mois en moyenne...! Et encore, c'est ma sœur qui fausse les statistiques parce qu'elle habite tout près (environ 15 bornes) et qu'elle a de temps en temps besoin de me voir. Moi, je n'ai besoin de personne. Sans être froide, ni sauvage, ni autistique. Je n'ai besoin de personne, c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
Chantal
Modérateur
avatar

Messages : 798
Date d'inscription : 21/11/2013
Age : 39

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Ven 11 Avr 2014 - 12:50

Stephanou, tu ne vas pas bien et je ne savais même pas  Crying or Very sad 

Je sais à quel point il est difficile de mettre fin à une amitié de longue date et qui était importante pour nous ou de tout simplement accepter qu'une amitié change. Honnêtement, je trouve difficile de juger ton amitié avec cette personne, car on a très peu de détail et surtout, nous n'avons pas sa vision à lui. Tu es peut-être insupportable et on le sait pas  razz 

Là tu es fâché et pour toi cette amitié est terminé. Ça se peut. Comme vous allez peut-être vous rappeler et vous rendre compte que vous manquez cruellement à l'autre. C'est vrai que les deux histoires que tu racontes fait sourciller et que je me dis "Non mais il se prend pour qui lui?".

Moi, d'un premier abord, je te conseillerais de prendre tes distances (ce qui est le cas présentement) et de réfléchir à votre amitié. Est-ce malgré tout une amitié que tu aimerais garder et si oui, est-il possible de mettre des limites pour ne pas que de telles situations se reproduisent ou si quant à faire cela, tu aimes autant t'en passer. Est-ce que tu as déjà eu une conversation franche avec lui (comme tu dis plus haut, tu sembles garder tout pour toi) en lui disant tout ce que tu ressentais et ce que tu n'aimais pas de lui? Des personnes peuvent faire des efforts et s'améliorer d'autant plus que beaucoup de personnes dans votre entourage (ou son entourage) semble penser comme toi.

Et pour ce qui est de la solitude, je le suis aussi et quand j'ai remarqué à quel point je l'étais, je m'étais fais la réflexion que j'avais quelque chose qui clochait dans le cerveau. Je me sentais "anormale" surtout comparé à ma meilleure amie. Je la voyais qui voulait absolument sortir dans les bars alors que moi je voulais juste rester loin de tout ce monde. J'ai fais la tournée des clubs de 16 à 21 ans. Bien assez pour moi. J'étais dans la vingtaine et tout ce que je voulais était la paix alors que mon entourage voulait être entouré +++. J'en étais parfois gêné. Des amis me faisaient des remarques disant que j'allais finir chez les soeurs etc. Jusqu'au jour où j'ai décidé de m'assumer et de dire que moi, j'étais bien là-dedans pour le moment et que lorsque j'aurais envie d'aller vers le monde je le ferais. Faut savoir s'assumer dans la vie à moins que tu ne te sentes pas bien dans ta solitude. Si vraiment tu n'aimes pas être seule, là c'est sûr qu'il faut te trouver des trucs pour aller vers les gens. Et ça il y en a pleins. Si tu as vraiment envie de franchir le pas, on s'en reparlera.

Mais pour ton ami ma chérie, laisse l'eau couler sous le pont et pense à tout ça. À savoir si cette amitié est toujours importante pour toi et s'il y a moyen d'apporter des modifications. Même si tu as de la difficulté, sache qu'il n'y a rien de mieux qu'une bonne conversation franche avec une personne qu'on aime. Je t'écrirais encore pleins de chose sur l'amitié, car malgré ma solitude, j'en ai vécu de toutes sortes, mais j'arrête là et si besoin est, on s'en reparlera  Wink 

Grosses bises chère amie et gros câlin

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
« Dans la vie, tu as deux choix le matin: Soit tu te recouches pour poursuivre ton rêve, soit tu te lève pour le réaliser.» -
Revenir en haut Aller en bas
Nili

avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 21/11/2013
Age : 44

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Ven 11 Avr 2014 - 17:35

Je me sens à dix milles lieux de vous concernant la solitude. Moi je ne l'aime pas. J'aime être tranquille chez moi de temps en temps mais j'aime aussi et surtout être avec des amis.
Suis pas le genre boite de nuit ou bar ^^ . Mais des soirées entre potes autour d'une bière, à refaire le monde... j'adore et j'en ai besoin.
Comme depuis quelques années, je fais de sérieux tris dans mes amitiés, je le fais de moins en moins souvent et ça me manque. En fait je crois que j'aime être avec du monde parce que j'aime échanger, partager, apprendre.
Mais à vous lire depuis quelques années maintenant, il me semble bien que vous êtes également comme ça. Du coup, je ne comprends pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://titelo.unblog.fr/
Chantal
Modérateur
avatar

Messages : 798
Date d'inscription : 21/11/2013
Age : 39

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Ven 11 Avr 2014 - 19:09

Moi aussi j'aime prendre une bière avec des amis et refaire le monde comme tu dis, mais je suis un peu sauvage. J'aime être avec mes amis mais quand il y a des nouveaux, j'aime moins. Du monde que je ne connais pas ou peu bof bof. C'est long un peu pour connecter avec moi  razz 

Mais je boirais bien une bière avec vous tous par exemple  Mister Green 

_________________
« Dans la vie, tu as deux choix le matin: Soit tu te recouches pour poursuivre ton rêve, soit tu te lève pour le réaliser.» -
Revenir en haut Aller en bas
Metronomia
Admin
avatar

Messages : 847
Date d'inscription : 17/04/2012
Age : 35

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Ven 11 Avr 2014 - 19:25

Je plussoie complètement Chantalounette, c'est exactement pareil pour moi: les soirées arrosées à refaire le monde, j'adore ça. Mais avec les gens que je connais bien uniquement: en gros, ceux avec qui je me sens à l'aise. Et il y en a peu, c'est un fait.

Citation :
Honnêtement, je trouve difficile de juger ton amitié avec cette personne, car on a très peu de détail et surtout, nous n'avons pas sa vision à lui. Tu es peut-être insupportable et on le sait pas.

Complètement, je ne dis pas du tout que je suis une oie blanche. En fait, ce n'est pas en ces termes que je pose le problème. Le souci, c'est que ses agissements vont totalement à l'encontre des mes principes et de mes valeurs, et je n'arrive plus à faire avec. C'est surement dommage, mais c'est ainsi. Je n'ai pas envie de me forcer à faire semblant si ça ne me convient pas/plus.

Citation :
Mais pour ton ami ma chérie, laisse l'eau couler sous le pont et pense à tout ça. À savoir si cette amitié est toujours importante pour toi et s'il y a moyen d'apporter des modifications. Même si tu as de la difficulté, sache qu'il n'y a rien de mieux qu'une bonne conversation franche avec une personne qu'on aime.

Tu sais Chantalounette, je n'ai pas pu tout résumer ici mais, crois moi, des discussions à cœur ouvert, avec lui, j'en ai eu 100, peut-être même 1000. 10 ans d'amitié, ce n'est pas rien. Et on ne parle pas d'une amitié "du dimanche". Nous avons très longtemps été fusionnels. On a partagé énormément (quand je vivais à Nantes, on se voyait quotidiennement. Quand on ne se voyait pas, on s'appelait, parfois pendant des heures. On passait la plupart de nos vacances ensemble - voyages, etc. Nous avons même vécu ensemble pendant 1 an.) Alors mes griefs, il les connait par cœur. Et justement, si je jette l'éponge aujourd'hui, c'est parce que malgré nos heures de discussion et d'explications quand ça n'allait pas, rien n'a jamais changé. Aujourd'hui, j'ai plus de 30 ans, je sais ce que je veux et ne veux pas/plus, ce que j'accepte ou n'accepte pas/plus. Le constat est amer mais évident: je n'y arrive plus. Et, je le redis, je pense que c'est parfaitement réciproque.
Je plussoie entièrement ton discours dans l'absolu, mais pas là, pas dans cette situation. Tout ce qui pouvait être dit a été dit et tout ce qui pouvait être fait l'a été aussi. Mais quand vraiment on est plus en phase, il ne sert à rien de persister. Plus personne n'y trouve son compte et ça n'a pas de sens.
Revenir en haut Aller en bas
http://heytease.wordpress.com/
Chantal
Modérateur
avatar

Messages : 798
Date d'inscription : 21/11/2013
Age : 39

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Ven 11 Avr 2014 - 20:50

J'avais écris un message et au lieu de faire envoyer, j'ai cliqué sur "brouillon". Je ne sais comment le récupérer.

Bref, je disais que dans ce cas-là je peux comprendre. Je me sens tout de même triste pour toi, car même si tout est réfléchi, tu as un deuil à faire. Si tu as envie de jaser, faut pas te gêner  Wink  Grosse bise.

_________________
« Dans la vie, tu as deux choix le matin: Soit tu te recouches pour poursuivre ton rêve, soit tu te lève pour le réaliser.» -
Revenir en haut Aller en bas
Veganne

avatar

Messages : 830
Date d'inscription : 25/11/2013
Age : 61

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Mar 15 Avr 2014 - 9:51

Nilitte a écrit:
Suis pas le genre boite de nuit ou bar ^^ . Mais des soirées entre potes autour d'une bière, à refaire le monde... j'adore et j'en ai besoin.
Comme depuis quelques années, je fais de sérieux tris dans mes amitiés, je le fais de moins en moins souvent et ça me manque. En fait je crois que j'aime être avec du monde parce que j'aime échanger, partager, apprendre.
Mais à vous lire depuis quelques années maintenant, il me semble bien que vous êtes également comme ça. Du coup, je ne comprends pas.
Perso, je suis effectivement comme ça, à la différence que je n'en ai pas 'besoin'. J'aime bien quand l'occasion se présente, et je préfère pas trop de monde. Mais si pas d'occasion, c'est bien aussi !
Revenir en haut Aller en bas
Ar Soner

avatar

Messages : 166
Date d'inscription : 29/11/2013

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Lun 21 Avr 2014 - 10:21

Nili a écrit:
Pour mon expression vulgaire et volontairement violente de "se sortir les doigts du cul", je crois que je me suis assez confiée à Métro (en mp on boit du café virtuel et on se confie quelques trucs de gonzesses  giggle  ) pour qu'elle comprenne que c'était juste un peu d'humour et une allusion à ce qu'elle connait de ma personnalité.
Mais j'avoue que vous avez pu être choqués par ça... mea culpa.
Pas "choqué", non, quand même (le terme est un peu fort). Et je sais que venant de toi, ce n'est pas dépréciatif.  Wink 

Je sais juste que la rhétorique à base de « bouge-toi, sors-toi les doigts du luc » est sortie un peu facilement à toutes les sauces. Tu es obèse ? Arrête de manger et fais du sport ! Tu n'arrives pas à stopper la cigarette ? C'est que tu ne fais pas preuve d'assez de volonté, c'est tout ! Etc...
C'est vrai, d'un côté : avec de la motivation, on peut arriver à tout ; on n'a rien sans rien et sans y mettre le prix d'un effort personnel. Mais de l'autre, ça entretient un discours culpabilisant (c'est de TA faute, si les choses ne se passent pas comme tu voudrais qu'elles soient) et ça néglige les causes profondes qui entretiennent la situation et contre lesquelles la personne peut avoir du mal à lutter.

Mais bon, je pense que j'enfonce des portes ouvertes et qu'on sera tous d'accord sur ce point...

Véganne a écrit:
Je suis comme toi... sauf que ce n'est pas un problème. Du tout. Ce n'est plus un problème depuis longtemps... au moins dix ans. J'ai très peu d'amis, et quand l'occasion se présente de m'en faire, je fuis. Je suis tout à fait célibataire depuis 14 ans - à vrai dire, l'anniversaire exact doit être aux environs d'aujourd'hui ! Je m'en félicite au moins une fois par jour, genre : 'Quel bonheur, et pourvou qué ça dourre !!'.
[...]
Moi, je n'ai besoin de personne. Sans être froide, ni sauvage, ni autistique. Je n'ai besoin de personne, c'est tout.

Je comprend ce que tu veux dire, mais je nourris en mon for intérieur deux points de vue antagonistes sur la solitude.

Je peux rester seul et je me satisfais très bien de l'absence de compagnie. Ça me permet de faire les choses comme je veux, quand je veux, et ça m'évite pas mal de déconvenues — les relations humaines se révélant souvent décevantes ou perturbantes.
En plus philosophiquement, ça se défend. Nous sommes toujours tout seuls au fond de nous même ; la petite voix dans notre tête, l'esprit coincé dans sa coquille d'os et de chair, est condamné à une solitude forcée.
La communication entre humains est profondément insatisfaisante. Tout ce que nous faisons est crier au dessus d'un gouffre large et profond, en espérant que quelques bribes de mots parviendront de l'autre côté et seront entendus.
On peut tromper cette solitude intérieure au contact des autres, mais c'est juste un leurre et une illusion qui ne dure qu'un temps.

Le truc, c'est que je ne veux pas rester complètement seul, parce que je ne crois pas que ça soit bon pour moi.
Se complaire dans la solitude, à mon sens, c'est choisir une solution de facilité qui condamne à végéter et à ne pas évoluer. On progresse mieux humainement, je veux dire en tant que personne, lorsqu'on est confronté à de nouveaux points de vue, qu'on fait de nouvelles expériences... C'est parfois difficile, on court le risque de se blesser au contact des autres, mais c'est comme ça : on n'a rien sans rien comme je le disais tout à l'heure.
Je ne critique absolument pas ton mode de vie, qui te pousse sciemment à t'isoler. Je le respecte à plus forte raison que je le comprend tout à fait... mais je sais en revanche que ce n'est pas ce que je veux pour moi, là maintenant (peut-être plus tard, quand j'estimerai en avoir assez vu). A l'heure actuelle, je veux me laisser la possibilité de changer avec le temps, ce qui me semble plus compromis si je reste seul dans mon coin qu'au contact d'autres gens.

Véganne a écrit:
Metronomia a écrit:
Tu aiguises ma curiosité à mort! ^^ On n'a même pas droit à un petit indice?
Je plussoie sans réserve, et je relance de :
Spoiler:
 
(Hé... Psst.... Metrotte... Je pense à la généalogie... Tu crois que ça pourrait être ça ?)
(remarque, ya aussi le paranormal...  mdr )
Ça serait tellement facile, si je vous le disais tout de suite sans vous faire gamberger un peu... Cool 

Cela dit, non, ce n'est pas la généalogie : elle est déjà faite pour une grande partie de mes ascendants (ce qui me permet de savoir, par exemple, que j'ai une branche de ma famille au Québec).

Metronomia a écrit:
J'ai regardé la liste des symptômes shizoïdes, et je n'y vois pas vraiment de choses graves ou handicapantes. A part peut-être la froideur qui peut passer pour de l'indifférence? Peut-être que pour ton entourage, ça peut être un peu perturbant parfois? Mais est-ce qu'on ne peut pas ici juste parler de pudeur? Et est-ce vraiment grave? Tout dépend de ce que ça génère dans ton rapport aux autres, encore une fois.
Ça m'a fait pendant très longtemps une réputation de personne froide et ennuyeuse. D'un côté, ça m'est égal (chacun pense ce qu'il veut de moi), et de l'autre, ça me dérange un peu car je n'aime pas renvoyer une image extérieure qui n'est pas conforme à ce que je suis à l'intérieur.

J'ai beaucoup travaillé sur moi ces dernières années pour davantage sortir de ma coquille et m'exprimer (même si je reste toujours quelqu'un de discret et que parler de moi m'est toujours aussi pénible). Je ne fais pas ça pour moi, plutôt pour les autres, histoire que ma compagnie ne soit pas trop désagréable...

Après, je te rejoins sur un point : je vois la schizoïdie plus comme un type de caractère que comme un trouble de la personnalité. A plus forte raison que les "critères" souvent listés (comme sur le lien wikipédia)  en dressent un portrait vraiment caricatural ; si je me retrouve très bien dans certains, d'autres ne font pas du tout partie de ma personnalité (le manque de confiance en soi, l'asexualité, la vulnérabilité à l'embrigadement sectaire Rolling Eyes ).
Au final, je m'en accommode très bien, ça ne m'a jamais empêché d'avoir des amis et des relations amoureuses.
Revenir en haut Aller en bas
Metronomia
Admin
avatar

Messages : 847
Date d'inscription : 17/04/2012
Age : 35

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Lun 21 Avr 2014 - 15:39

Le Sonneur Mysterieux a écrit:
Se complaire dans la solitude, à mon sens, c'est choisir une solution de facilité qui condamne à végéter et à ne pas évoluer.

Oui, voilà, c'est exactement ce que je me dis aussi depuis quelques temps. Se fermer aux autres, c'est aussi se fermer à tout un champ des possibles. Et ça me fait peur.
A trop vouloir se protéger, on prend peut-être aussi le risque de ne plus vraiment se sentir vivant. (Enfin, je ne devrais pas dire "on". Là, je parle pour moi et ça n'engage que moi). La vie est faite de déceptions et de désillusions et je crois que je vais devoir apprendre à m'y confronter. D'autant que rien n'est jamais tout blanc ou tout noir et que j'ai moi aussi certainement déçu pas mal de gens. Car si la peur d'être trahie ou déçue me paralyse, la peur de décevoir me panique tout autant.

Et puis, je ne sais pas vous (mais j'aimerais bien que vous me le disiez), mais dans mon cas, si je me repasse le film des moments les plus sympas de ma vie, ce ne sont jamais des scènes où j'étais seule que je visualise. Bien sûr que je passe de bons moment seule (heureusement d'ailleurs, sans quoi je serais franchement dépressive vu le peu de gens que je côtoie), mais les vrais beaux moments, ceux qui sont intenses (intenses en rigolade, en discussions, en écoute, en démonstration d'affection, etc.) sont justement, selon mon point de vue, ceux que l'on partage avec quelqu'un d'autre. Seul, c'est chouette, mais c'est quand même pas pareil. Et si ces moments me semblent si intenses et importants, c'est peut-être justement parce que:

Citation :
La communication entre humains est profondément insatisfaisante. Tout ce que nous faisons est crier au dessus d'un gouffre large et profond, en espérant que quelques bribes de mots parviendront de l'autre côté et seront entendus.

Du coup, quand la communication est réussie, c'est d'autant plus chouette et ça donne un autre goût à la vie (même si c'est éphémère et que ça ne résout rien au fond).
Revenir en haut Aller en bas
http://heytease.wordpress.com/
Chantal
Modérateur
avatar

Messages : 798
Date d'inscription : 21/11/2013
Age : 39

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Lun 21 Avr 2014 - 19:52

Je considère pour ma part être bien entouré excepté que j'aime être seule. J'ai une famille très présente et quelques amis mais très peu justement parce que j'ai une famille très présente et que je ne veux pas trop de monde. Je n'ai pas non plus l'impression de ne pas évoluer bien au contraire. J'ai l'impression d'évoluer mais pas dans le même sens que mon entourage et ça, ça me fait sentir seule. Dieu merci, grâce à internet (facebook entre autre), j'ai la chance de discuter avec des gens qui font le même cheminement que moi.

_________________
« Dans la vie, tu as deux choix le matin: Soit tu te recouches pour poursuivre ton rêve, soit tu te lève pour le réaliser.» -
Revenir en haut Aller en bas
Veganne

avatar

Messages : 830
Date d'inscription : 25/11/2013
Age : 61

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Mar 22 Avr 2014 - 7:55

Metrotte, si le fait d'avoir quelque peu détourné ton sujet t'embête il faut que tu nous le dises, OK ?  Very Happy 

Zamie : c'est vrai que depuis l'apparition d'Internet, la solitude n'en est plus vraiment une, ou en tout cas beaucoup moins. Internet est merveilleux, car ça permet de se faire des amis soigneusement choisis... même aux antipodes. C'est l'amitié à temps choisi : si pas envie, rien. Si envie de barjaquer, hop ! Connexion ! Et on peut rester caché derrière son écran sans souci d'être jugé sur son apparence physique.
Avant Internet, je passais mon temps libre à lire. Des livres en anglais, = guère possible d'en discuter avec des proches, car souvent livres non traduits en France.... Je suis une bête de compagnie maintenant, en comparaison !!!!  mdr 

Mon Soso préféré a écrit:
Se complaire dans la solitude, à mon sens, c'est choisir une solution de facilité qui condamne à végéter et à ne pas évoluer.
Ah, mon chérichéri, la phrase qui tue ! 'se complaire'... La définition du dico ('trouver son plaisir, sa satisfaction' - Le Petit Robert) ne mentionne pas l'aspect quelque peu dérogatoire de cette expression, mais ya quand même un peu de ça...
Je ne suis pas d'accord avec toi, et avec Metrotte : la solitude n'est pas une solution de facilité. Il m'a fallu des années pour l'accepter, et accepter le regard des autres sur mon goût pour la solitude.
Je ne suis pas d'accord non plus avec 'qui condamne à végéter et ne pas évoluer'. Je considère la solitude comme un moyen de réfléchir aux aspects de la vie, à les analyser en toute quiétude. Quand on vit avec quelqu'un et que quelque chose de désagréable survient, on a tendance à faire monter la mayonnaise en se renforçant l'un l'autre dans les émotions (indignation, blâmes, j'ai raison et ils ont tort, etc). Ça n'arrive pas, ou ça arrive moins, quand on est seul.
Bien sûr, une solitude complète serait végétante (si vous voyez ce que je veux dire !). Mais j'ai quand même des contacts : avec mes sœurs, quelques amis, les gens chez qui je vis, les copains sur Internet. Mes réflexions sur les aspects de la vie s'en trouvent enrichies - je n'ai pas QUE mon son de cloche à moi !

Mon chérichéri a écrit:
Nous sommes toujours tout seuls au fond de nous même ; la petite voix dans notre tête, l'esprit coincé dans sa coquille d'os et de chair, est condamné à une solitude forcée.
La communication entre humains est profondément insatisfaisante. Tout ce que nous faisons est crier au dessus d'un gouffre large et profond, en espérant que quelques bribes de mots parviendront de l'autre côté et seront entendus.
Hou, mon Doudou, tu n'y vas pas un peu fort, là ? Qu'en est-il des grandes histoires d'amour et d'amitié, des profs qui savent communiquer leur savoir à leurs élèves, des groupes d'amis soudés, des écrivains et poètes qui savent dire tout haut ce qu'un grand nombre pense sans pouvoir l'exprimer... pour ne citer que ces exemples ?

Le mystérieux Sonneur a écrit:
Ça serait tellement facile, si je vous le disais tout de suite sans vous faire gamberger un peu...
MMMmmmh. Bien. Alors...
Enoncé du problème :
Ces 2 dernières années, c'est un autre hobby qui me grignote une grande partie de mon temps libre et qui me pousse à sociabiliser... Mais je vais pas dire ce dont il s'agit, car beaucoup de choses s'y rapportant se passent sur Internet et je serais très facile à retrouver par ce moyen.
Mmmhhh.
Googler 'Ar Soner' ne donne que des sujets sur les cornemusiens (c'est comme ça qu'on dit ?  Mister Green ) et son profil dans l'Encyclopédie.
Folklore européen et asiatique, cryptozoologie et biologie.
Mais bon, notre Sonneur étant intelligent, il a fort probablement pris un autre pseudo pour cette autre activité...
Je ne vois pas comment on peut étudier la biologie principalement sur Internet...
Heu... apprentissage d'une langue ? Japonais ? Mandarin ?

Metrotte a écrit:
Et puis, je ne sais pas vous (mais j'aimerais bien que vous me le disiez), mais dans mon cas, si je me repasse le film des moments les plus sympas de ma vie, ce ne sont jamais des scènes où j'étais seule que je visualise.

Pour moi, il y a des deux.
Quand je danse une valse viennoise avec Guy, et quand j'écris et que tout coule de source et que j'ai plein d'idées et des jolies phrases qui me viennent toutes seules toutes belles sous les doigts.
Quand je passais des heures avec mon père à l'aider pour ses mots croisés. J'ai horreur des mots croisés, mais j'aime bien l'aspect recherche - très développée avec Papa, car ses mots croisés étaient du niveau 18 étoiles +++ ! Je me souviens en particulier d'une recherche sur 'thysistor' : dico, encyclopédie, autre dico, livres sur locomotives à vapeur, re-encyclopédie. Tout ceci parsemé de discussions à perte de vue sur tout et rien, et de fous-rires. Et d'un certain nombre de verres d'Apremont... Quand nous avons levé la tête, il était 15 heures et nous avions oublié de manger !
Quand je consulte Wikipédia sur un truc, qui m'amène à un autre truc, qui m'amène à un autre truc... etc, pendant toute une journée. J'adore. Bonus quand à la fin j'arrive à reconstituer le cheminement qui m'amène de la vie et l'œuvre de Louis XIII à l'article sur les glissements de terrain !
Quand je danse le rock avec ma sœur. C'est le meilleur cavalier que j'aie jamais eu, et j'en ai eu !
Quand je lis un roman de Diana Gabaldon. N'importe lequel - ils sont tous géniaux !
Ouais, apparemment 50/50...!  Mister Green
Revenir en haut Aller en bas
Metronomia
Admin
avatar

Messages : 847
Date d'inscription : 17/04/2012
Age : 35

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Mar 22 Avr 2014 - 8:31

Veggy a écrit:
Metrotte, si le fait d'avoir quelque peu détourné ton sujet t'embête il faut que tu nous le dises, OK ?

Au contraire, on est en plein dans le sujet, Veggy!  razz 

Veggy a écrit:
Je ne suis pas d'accord avec toi, et avec Metrotte : la solitude n'est pas une solution de facilité. Il m'a fallu des années pour l'accepter, et accepter le regard des autres sur mon goût pour la solitude.

Dans mes messages précédents, je ne parlais que pour moi. Je ne fais absolument pas de ma façon de voir les choses une vérité absolue. Mais à titre perso, c'est vraiment comme ça que je vis les choses depuis quelques temps. Tu sais Veggy, j'ai 32 ans et je n'ai rien construit. Je n'ai jamais vécu en couple (même si j'ai eu des hommes dans ma vie - mais pas beaucoup et, avec le recul, le moins que l'on puisse dire est que ça n'était pas des histoires "sérieuses"). Or, j'aimerais que ça m'arrive: la vie de couple est une expérience que je voudrais connaître, notamment pour mieux me connaitre. Et me fermer aux sorties c'est aussi me fermer à une rencontre possible. Et, bien sûr, ça me coupe de bons moments potentiels avec les autres, d'une manière générale.

A titre d'exemple, je m'entends bien avec les étudiants de mon labo qui ont tous plus ou moins mon âge. On déjeune tous les midis ensemble, on rigole bien, on débat et on commence tous à plutôt bien se connaître. Pour autant, les quelques fois où ils m'ont proposé de boire un verre avec eux, j'ai décliné. La seule fois où j'ai accepté, c'était il y a quelques mois et c'était après une réunion de travail. J'ai passé un super moment. Le lendemain, on se l'est tous dit: c'était une chouette soirée. Dans ces moments-là, je réalise ce que je peux potentiellement rater quand je me défile.

Peut-être que dans quelques années, je verrai les choses différemment mais aujourd'hui, je sens bien que je ne suis entièrement pas comblée par ma façon de vivre, même si je ne suis pas malheureuse non plus. Par contre, elle a le mérite de m'avoir appris à savoir être seule ce qui n'était pas forcément dans ma nature au départ.
Revenir en haut Aller en bas
http://heytease.wordpress.com/
Ar Soner

avatar

Messages : 166
Date d'inscription : 29/11/2013

MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   Jeu 24 Avr 2014 - 20:26

Veganu-chan a écrit:
Ah, mon chérichéri, la phrase qui tue ! 'se complaire'... La définition du dico ('trouver son plaisir, sa satisfaction' - Le Petit Robert) ne mentionne pas l'aspect quelque peu dérogatoire de cette expression, mais ya quand même un peu de ça...

Comme Metrotte, je parlais de mon cas très personnel et subjectif : en ce qui me concerne, je vois ma solitude comme une solution de facilité et une forme de lâcheté : je suis réticent à me frotter au monde extérieur parce qu'il est plus confortable pour moi de rester dans ma coquille... alors que paradoxalement, je suis pleinement conscient du fait que j'aurais encore beaucoup de chose à retirer à titre personnel des relations humaines.

Une solitude pleinement assumée ("je me retire de ce monde car j'estime en avoir fait le tour et j'ai la conviction que je vivrais mieux ainsi") ne rentre pas du tout dans ce cas de figure.

Véganichou a écrit:
Je ne suis pas d'accord avec toi, et avec Metrotte : la solitude n'est pas une solution de facilité. Il m'a fallu des années pour l'accepter, et accepter le regard des autres sur mon goût pour la solitude.

Peut-être parce qu'elle est socialement moins bien acceptée chez une femme que chez un homme ?..

Vegännchen a écrit:

Hou, mon Doudou, tu n'y vas pas un peu fort, là ? Qu'en est-il des grandes histoires d'amour et d'amitié, des profs qui savent communiquer leur savoir à leurs élèves, des groupes d'amis soudés, des écrivains et poètes qui savent dire tout haut ce qu'un grand nombre pense sans pouvoir l'exprimer... pour ne citer que ces exemples ?

Ce sont des exemples rares, et ils ne durent qu'un instant. Parce que les relations amoureuses/amicales ne sont pas éternels, ou parce qu'il y a trop souvent un moment où l'autre qu'on pensait connaître se révèle être un étranger.

Bon, ça ne veut pas dire que tout est perdu et qu'on est condamné à vivre une existence de solitude morne (c'est terrible, à me relire, j'ai l'impression de lire la prose d'un adolescent gothique en mode "tout est noir, il n'y a pas pas d'espoir en ce monde" razz). L'amour, l'amitié... sont des choses qui donnent du goût à la vie et valent le coup qu'on en fasse l'expérience, seulement je crois qu'il faut les apprécier pour ce qu'ils sont et ne pas se bercer d'illusion non plus.

Dans tous les cas, je conçois que mes pensées sont un peu extrêmes et je n'ai pas la prétention de détenir la vérité. cette opinion est le fruit de mes réflexions et de mes expériences, mais quelqu'un d'autre se forgera une autre vision de choses et il aura tout aussi raison...

Végannette a écrit:

Mais bon, notre Sonneur étant intelligent, il a fort probablement pris un autre pseudo pour cette autre activité...
Je ne vois pas comment on peut étudier la biologie principalement sur Internet...
Heu... apprentissage d'une langue ? Japonais ? Mandarin ?

Changer de pseudonymes lorsqu'on exerce à ses temps perdus l'activité ô combien risquée de modérateur sur un forum consacré au paranormal, c'est le b.a-ba !  mdr
Et c'est bien pensé pour l'apprentissage d'une langue, mais il ne s'agit pas de cela. Bien que, si les journées faisaient plus de 24h et si mes autres activités ne me pompaient pas déjà une partie de mon temps libre, je m'y serai volontiers adonné. Le chinois est un bon choix, mais d'autres langues comme l'arabe, le turque, le basque, le russe... valent probablement le coup qu'on se penche dessus.

Metrotte a écrit:
Et puis, je ne sais pas vous (mais j'aimerais bien que vous me le disiez), mais dans mon cas, si je me repasse le film des moments les plus sympas de ma vie, ce ne sont jamais des scènes où j'étais seule que je visualise.

Moi de même, ce sont essentiellement des moments à deux (que non, je ne raconterai pas razz). Mais c'est peut-être lié au fait que je suis un incorrigible perfectionniste et que je suis rarement satisfait de ce que je réalise tout seul...


Dernière édition par Ar Soner le Sam 26 Avr 2014 - 20:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gros coup de cafard   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gros coup de cafard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Coup de cafard
» Votre dernier coup de coeur artistique.
» Haru a un gros coup de mou
» Recu coup sur le sein
» Vous souvenez-vous de vos quarts à la coupée ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Réflexions, le Forum :: Discussions et Réflexions :: Débats et Sujets Généraux :: Rubrique Psycho-
Sauter vers: